Côme Shelvène           &           Yoann Vidor

                    Le Chant de l'Âme

Qui souffre quand je souffre ?

CONFÉRENCE PARIS 19
VENDREDI 13 JANVIER

 

Quelle est la partie de moi qui souffre lorsque j’ai mal, lorsque je vais mal ou quand je ne me sens plus moi-même ?

Le Bouddha nous a sagement enseigné qu’il fallait cesser le désir, la cause de toutes les souffrances, car le désir est la cause de notre impermanence et de nos états de manque. Un désir, qu’il soit bon ou mauvais, même spirituel peut nous enchaîner dans un état de dépendance physique, affective, émotionnelle, mentale.

Découvrir la partie de moi qui souffre, c’est poser un regard sur ce que je suis, ce que je ressens et ce que je pense. Établir le lien avec les désirs des trois corps : physique, émotionnel et mental.

La souffrance est le résultat de notre résistance à leurs volontés. Les maladies (handicap, cancers, maladie cardio-vasculaire, cérébrales, etc.), les épreuves de vie (accidents, séparations, burn-out , etc.) sont autant de phénomènes liés à cette lutte entre nos désirs de personnalité et la plénitude de notre être intérieur qui sait ce qui est bon.

Comment maitriser et se libérer de ses corps de désir par la conscience (karma, hérédité familiale, contexte de vie), la méditation (contact avec son âme).

Thèmes abordés : Origine et cause de la souffrance ; les « vies mineures » de tous nos corps ; le désir et l’insatisfaction permanente ; les épreuves de vie, la maladie, etc.

Durée 1h30

Infos: ici

Cet article vous a plu? Merci de partager.

Laisser un commentaire

MUSIQUE SPIRITUELLE – YOCÔM

Vénus
A l'encre
Soul game
Plus de détails: Créations

MON DERNIER OUVRAGE

VOUS AIMEZ CE SITE; SOUTENEZ-NOUS

DISCLAIMER

Important:Le contenu de cette page et de celles qui y sont associées ne remplace pas l’avis d’un médecin ou d’un psychologue. Il ne permet pas de faire le diagnostique de pathologies médicales ni de recommander des traitements médicaux pour aucune pathologies ou douleur quelconque. Nous déclinons toute responsabilité en cas de mauvaise interprétation ou d’usage abusif de nos textes. Merci