intuition

La vie me guide et j’interprète les signes !

les signes de la vie Interpréter les signes

Corinne Vidor pour shelvene.com

La vie me guide et j’interprète les signes ! Voici une formule toute faite qu’il faut employer avec grande vigilance …

Laisser la Vie nous guider, oui ! Cela signifie que vous lui faites confiance, que vous prenez le meilleur, quelles que soient les expériences qu’elle vous donne à vivre !

Mais attention, interpréter les signes sans se tromper est un chemin semé d’embuches. La spiritualité est le chemin qui permet de déjouer les tours et repérer les illusions, c’est le chemin de l’Âme.

 

L’interprétation des signes

Souvent le problème ne vient pas des signes mais de l’interprétation que nous en faisons. C’est là où l’on peut se tromper, voire se faire manipuler.

« Cette expérience n’est pas bonne ! Alors c’est que ce n’est pas pour moi, et je n’aurais pas dû y aller, voilà tout ! » Ou bien : « C’est trop dur ! C’est que ce n’est pas pour moi ! » Ça ne me plait pas et j’arrête. Ça peut être aussi le contraire : « Je me sens dans un cocon a l’abri de tout et isolé de tout ! » N’est-ce pas de la fuite ?

Il faut comprendre les choses avec subtilité, car l’énergie est subtile et parfois difficile à cerner. Mais les signes que l’on interprète sont parfois mal interprétés.

Pourquoi ? Beaucoup d’idées préconçues, des habitudes et des croyances. Le manque de discernement et la paresse en sont également responsables. C’est dur d’être chevalier !

On dit que la richesse d’une vie se considère aux difficultés vécues, et non à la quiétude connue. Vous avez là le parcours du sage. La vie sera à la hauteur de votre être ! Son karma, son âge, son dharma. Vous aurez à découvrir le mérite, le dépassement et tout cela avec le courage.

Le chemin pour arriver au graal est difficile, mais pas impossible et les épreuves de dépassements sont toujours au rendez-vous. Vous aurez besoin de beaucoup, beaucoup de volonté et aussi de beaucoup de courage pour ne pas lâcher en route.

Heureusement, des moments de grands bonheur vous accompagneront mais seulement par votre succès à surmonter une situation au mérite. On n’apprend pas à jouer du Bach en 3 leçons, et il en va de même  avec la spiritualité : cela demande du temps, beaucoup de régularité, et… encore de la persévérance !

s'eveiller a soi Le chemin de la spiritualité

La spiritualité, c’est appréhender les connaissances de la Vie et cela demande un cheminement vers le Soi intérieur. Le cheminement se fait en conscience et par le discernement. C’est le chemin de la spiritualité. La spiritualité n’est pas là pour les flatteries ou pour apporter du plaisir émotionnel aux personnes. La spiritualité fournit un enseignement, une philosophie de vie vers l’éveil. C’est tout le propos de la spiritualité. Dans la pratique, il faut apprendre à repérer les illusions et les signes !

Ne pas se tromper dans les signes. En voilà une grande difficulté ! Parfois, tout parait merveilleux et pourtant… À d’autres moments, au contraire, tout parait difficile, et on porte le monde sur ses épaules… Comment savoir ? Comment être sûr ?

Comprendre que parfois, on doit faire le bien mais que pour arriver à ce bien, ce n’est pas facile et que le chemin pour y arriver peut prendre des allures de mal (nécessaire). Dans ces cas là, ce n’est pas le choix de la personnalité qui elle préfère la facilité, mais celui de l’âme qui demande le dépassement de soi.

 

Un mauvais signes ne veut pas dire abandonner !

Exemple : une personne avait très envie de suivre des cours de méditation, mais le jour venant, elle se casse la cheville ! Cette personne pense : « ah bon, la vie me dit que je ne dois pas y aller ! C’est un signe. »  Derrière le rideau de cette scène, on peut avoir une toute autre lecture : peut-être que son être intérieur (l’âme) souhaitait vraiment qu’elle suive ses cours de méditation, mais en fait, ce sont les forces négatives (d’opposition) qui ne le désiraient pas ! Et au final, la personne s’est faite rattraper par son inertie (la mise en œuvre de la démarche n’a pas eu lieu).

Le négatif joue avec l’illusion et il est très fort pour nous empêcher de faire le bien. Il va souvent user de voiles, de désirs nourris, de fuites en avant. Il vous fait croire que tout va bien, que le miracle est là. Le négatif se montre toujours bienveillant au début ! Puis, petit à petit, un peu plus moche. Un peu comme une cigarette : le mal commence toujours par un bien, alors que le bien commence toujours par de la difficulté. Alors il va confondre, critiquer et juger, paix et faille émotionnelle.

Pour avancer vers son Grand Soi, il faudra prendre de nouvelles décisions, de nouvelles habitudes, apprendre à se changer, à regarder les choses autrement, à ne pas fuir et à marcher sur un chemin qu’on ne saisit pas directement, qu’on ne voit ni ne comprend immédiatement et pourtant, au fond de soi, on sait qu’il faut le prendre.

Le chemin de l’Âme

Le chemin de l’Âme est écrit en vous, il est à révéler, mais vous ne le connaissez pas. Chaque expérience que vous vivez est en partie son œuvre. Peut-être même les mauvaises expériences sont en fait des libérations karmiques qui vous permettent de progresser. Ne vous dites pas que, parce que vous vivez de mauvaises expériences alors vous êtes mauvais, bien au contraire ! Peut-être que vous apprenez à devenir bon. Et que vous avez pu ainsi libérer de vieux schémas.

Le chemin n’est pas simple, non ! Être un chevalier de lumière, c’est apprendre à reconnaitre en soi toutes ses imperfections et les maitriser, pour qu’elles deviennent pureté.

Regardez les signes, mais attention à leur interprétation. Quel est celui qui n’a pas connu l’effort pour arriver à ses fins ? Quel est celui qui n’a pas œuvré jusque dans les difficultés pour apprendre l’humilité ? Les signes sont également ceux qu’on ne veut pas voir, habillés d’une réalité différente de celle qu’on se projetait. Entendre des vérités n’est jamais facile. Se lever pour le juste, le vrai fut parfois difficile. Tendre une main ou demander pardon. Tant de choses qui sont difficiles à mettre en œuvre. Alors précaution : ne nous hâtons pas par une lecture trop alléchante des signes et inversement, n’abandonnez pas à cause d’une lecture négative à première vue. Adoptez un discernement clair et froid, sans émotionnel qui trompe notre Raison supérieure.

Corinne Vidor pour shelvene.com

Merci de nous soutenir en partageant!

Atelier méditation & intuition & soin


Animé par Côme Shelvène et Yoann Vidor

LE 22 MAI  2016
LES DATES et les TARIFS SONT SUR LA PAGE AGENDA: ici
9-12h Atelier Méditation
12-14h Pause déjeuner
14-17h Atelier Intuition & Soin

Atelier 1 : 9 – 12 h MÉDITATION

La méditation est le lieu du recueillement intérieur. Elle permet de recevoir son guide intérieur. Elle permet de clarifier son mental et de le mettre au repos. Elle permet d’éviter la cogitation persistante. La méditation est salutaire pour tous les êtres en recherche de leur Soi, de paix intérieure et de développement de leurs capacités intérieures telle que la confiance en Soi. Accéder à ce calme s’apprend simplement par la pratique avec différentes méthodes comme l’expérience des Sens.

Explication théorique et pratique au fur et à mesure de l’atelier. Chaque être sera libre de poser ses questions.
Contenu :
• Travail en méditation collective et guidée sur les non-sens pour cerner la méthode de reconnaissance avec votre être la plus aisée. Visualisation, clairvoyance, claire-audition, ressenti. ..
• Exercices pratiques sur l’imagination créatrice (carte, mot, musique).
• Comprendre l’interaction entre son Âme et soi-même (Émission, Intermède, Réception, Cueillette).
• Établir la compréhension des différentes étapes de méditation qui donnent accès à son intuition.
• Compréhension des centres vitalisés qui activent les différents champs de conscience sur les différents plans de 1/7.

Atelier 2 : 14 – 17 h INTUITION / SOIN

L’intuition nous révèle ce qui est caché en nous. Dans ce domaine obscur, nous essayerons de trouver une méthodologie afin de comprendre et d’appréhender la connaissance ainsi que la maitrise de l’intuition. Chaque être étant à un âge d’évolution différent, il est important de comprendre son besoin, mais aussi de comprendre les différentes options que votre âme met en place afin de communiquer avec vous. Tout est question de juste poids et juste mesure. L’intuition est un palier qui donne accès à son Soi supérieur. Apprendre à se soigner soi-même, c’est apprendre à s’observer et se reconnaitre. Sans fard, en étant en pure intégrité avec soi. C’est un état de pleine conscience afin de se relier à son être intérieur. Un soin est une évidence quand il est compris sur les plans supérieurs. La maladie s’estompe quand la conscience de la cause est cernée et dépassée. Il faut donc corriger l’erreur au niveau de la conscience. La maladie est une opportunité à dépasser mais aussi une épuration.
Explication théorique et pratique au fur et à mesure de l’atelier. Chaque être sera libre de poser ses questions.
Contenu :
• Techniques pour stimuler votre prise de conscience sur les blocages de la souffrance et exercices pratiques pour la transcender.
• Nous établirons le lien avec votre conscience émotionnelle afin de l’activer et appliquer la technique de ré-encodage cellulaire.
• Nous procéderons ensemble à des nettoyages énergétiques sur les corps physique et subtil. Compréhension des pollutions énergétiques (entités ou autres).
• Puis nous effectuerons ensemble des nettoyages sur les chakras en prenant soin de comprendre les techniques de la respiration pranique.
• Mise en pratique collective sur une approche de soin et d’harmonisation.

INFO PRATIQUES

Réservation par e-mail : [email protected]

A prévoir en plus: Munissez-vous de vos pendules si vous en avez.

Paiement : un chèque de réservation sera demandé. En cas d’annulation, il sera encaissé en totalité.

Enregistrer

Merci de nous soutenir en partageant!

Guérir la cause pas les conséquences

amour pour soiPour traiter son mal-être, il faut guérir la cause pas les conséquences

Corinne Vidor pour shelvene.com

Pour soigner son mal-être, il faut  le définir, c’est-à-dire comprendre comment il s’est programmé; en PRENDRE CONSCIENCE, pour pouvoir  déprogrammer !

Le mal-être est l’expression d’une peur inconsciente qui s’est imprimée dans notre cerveau. Quand nous souffrons, c’est une partie de nous seulement qui souffre, celle qui se sent séparée de l’autre, celle qui est furieuse, seule, rejetée et toutes les autres émotions que l’on ressent. Le mal-être est donc une partie séparée de moi, qui attend d’être intégrée et aimée et non plus séparée. Il faut la reprogrammer.

La peur est toujours la conséquence d’une souffrance antérieure et inconsciente qu’il va falloir débusquer.

Ce qu’il faut connaitre de la peur pour la faire passer : 

–  De quoi avons-nous peur exactement ?

– Quels traumatismes passés ont inspiré cette peur ? (croyances, parents, société, volonté de plaire, ou peut de déplaire, etc…)

Pour savoir de quoi on a peur :

–  il faut rentrer au fond de soi et se poser des questions : ce n’est pas toujours ce qui semble être le plus flagrant ;

–  la peur est toujours très bien dissimulée ; elle sait aussi donner les mauvaises indications ! Ne vous fier pas à votre cerveau rationnel ! Sinon vous auriez déjà plus peur et vous ne souffririez plus, fiez-vous a votre mental supérieur, celui qui laisse venir l’intuition.

Pour rentrer au fond de soi :

–  on peut se concentrer et cela suffit, mais il faut avoir déjà pratiqué;

– sinon, on peut utiliser le procédé de l’enfant intérieur : il faut s’imaginer  entrer en contact avec  notre être intérieur, celui qui soufre. Pourquoi un enfant ? Parce que qu’il est innocent et qu’il parle simplement.

Un des outils qui permet de distinguer sa peur et de la maitriser

Définir la sensation que l’on a : mettre des mots sur les maux, le plus précisément possible.

Attention : il faut toujours parler à la première personne ! Je me sens …écrire une bonne page et laisser aller toutes les sensations (vue, odeur, toucher, sentir, intuition) ; identifier ces sensations, c’est prendre conscience de son mal, en profondeur, jusqu’à la source. À ce moment, les choses prennent sens. Et cela devient une évidence.  Ici, on a plus peur parce qu’on la voit.

Peur

Définir la peur : c’est trouver la source et la nommer. C’est quand on peut dire, j’ai peur de …

Pensée source

Définir la pensée source : c’est se rappeler le moment où est née cette toute première pensée. Celle qui s’est formée sûrement dans la petite enfance, parce que maman m’a toujours dit… ou parce que la croyance voulait que… A ce moment-là, vous avez amalgamé cette pensée avec une peur d’enfant ; vous étiez trop petit pour la comprendre mais vous  l’avez mémorisée et depuis elle vous hante. Vous vous êtes programmés à avoir peur dès que la source est réactivée, vous souffrez.

Amalgame

Définir l’amalgame : c’est faire la différence entre la peur de l’enfant et la distance  provoquée entre 2 parties de vous-même, une qui sait que ce n’est pas vrai, l’autre qui y croit encore. Là, vous maitrisés vos émotions, et vous grandissez.

Rectification

Définir la rectification  de pensée : c’est penser comme une grande personne et raisonner la peur en nous. Je croyais cela et c’était la cause de mes peurs mais en fait aujourd’hui je me sens capable de dépasser ces peurs et d’agir. Quand vous aurez réglé le problème c’est comme si vous aviez remonté le ressort de la  montre et que celle-ci peut à nouveau fonctionner. Ici, vous déprogrammez la souffrance et vous ré-engrammez l’information libératrice.

Les 2 parties dé-unis sont à nouveau réunies.

J’ai pris volontairement un exemple simple et qui peut être ennuyeux au quotidien ; mais c’est la même technique pour tout.
Essayez : prenez un évènement blessant (qui se soit produit dans la semaine, qui soit encore très frais). Ne vous inquiétez pas tout est lié, donc il fera de lui même ressortir votre passé troublé et apparaitre la cause de votre mal-être.
Au début c’est peut-être un peu compliqué mais très vite, cela devient une habitude ! Il s’agit uniquement de volonté.

Merci de nous soutenir en partageant!
Retour haut de page